Aikido Millennials a presque deux ans. Il est le fruit de réflexions personnelles en tant que débutante, issue de la génération Y (les millennials des années 90), dont le but est de faire évoluer la communication de l’aikido pour l’adapter à un nouveau public plus jeune en lui parlant avec un message plus adapté. Depuis deux ans, je me confronte à des réactions encourageantes mais également virulentes sur mes points de vus tranchés, et très éloignés du politiquement correct. Depuis deux ans, j’ai dû apprendre à gérer la critique en prenant du recul. Voici donc mon retour d’expérience personnelle en espérant qu’il vous permette à vous aussi de vous exprimer librement sur cette discipline qui nous rassemble (malgré tout) tous !

Un débutant est-il légitime à parler d’aikido ?


J’ai reçu un certain nombre de critiques plus ou moins acerbes sur un article publié sur mon nouveau blog Aikido Millennials (je n’ai même pas encore communiqué dessus).
On me reprochait d’être une débutante ignorante, qui devrait se renseigner avant d’écrire.

La raison pour laquelle j’ai crée ce blog n’est pas pour diffuser “ma science” mais pour poser des questions, proposer des réflexions sans forcément y apporter de réponse.

Je donne mon avis personnel, qui changera sûrement avec la pratique et l’expérience. En attendant, je vous y exposerai mon point de vue de débutante, qui peut être celui d’une ignorante, mais également, celui d’une personne qui manque encore de clés.

Et je pense que c’est en passant par ces étapes de réflexions et de questionnement qu’on fait évoluer notre vision de l’Aikido et qu’on lui donne du sens.

Etant parallèlement entrepreneure, je pense qu’on n’est pas obligé d’être un expert pour pouvoir s’exprimer. Si j’avais attendu d’être expérimentée pour écrire mes premiers articles, je n’aurais pas connu la “réussite” entrepreneuriale que j’ai connu.

Certes, quand je relis mes premiers articles de blog d’il y a 3 ans, je tique. Mais je ne les effacerai pas pour autant. Ils ont fait partie de ma construction en tant qu’entrepreneur.

Pour cette même raison, Aikido Millennials est un espace de réflexion qui participe à ma construction. Et je suis certaine que mes pensées vont évoluer, mais je souhaiterais pour le moment qu’elles soient interprétées comme de la maladresse et non de l’arrogance. Je reste bien sûr ouverte à tout retour constructif, mais non agressif.

Aujourd’hui, je pense que c’est grâce à des initiatives individuelles (comme ce blog) mais également avec des réflexions partagées que l’Aikido pourra évoluer. Car je pense en effet, que l’Aikido s’il veut survivre doit s’adapter.

Cette vision n’est pas partagée de tous, mais c’est la mienne. Je continuerai donc de m’exprimer en tant que débutante, puis plus tard, en tant que non débutante, en allant à contre courant, si cela est nécessaire.

 

C’est d’ailleurs tout le but d’ Aikido Millennials : proposer une réflexion plus fraiche pour faire bouger les lignes autour de la pratique, du message et de la visibilité de l’Aikido.

Vous savez maintenant où vous êtes !

Aikido et entrepreneuriat : les mêmes détracteurs.


Lorsqu’on se lance dans une nouvelle voie, et qu’on veut se faire entendre, on rencontre des obstacles.
.
Parmi ces obstacles, j’en ai noté deux :

❌ Les obstacles liés à la hiérarchie.

Ces obstacles sont de la pure résistance de la part des anciens qui ne veulent pas voir changer l’ordre établi.

En Aikido, ce sont certains (hauts) gradés, qui ne supportent pas de voir des débutants s’exprimer et prendre la parole sur des sujets dont ils ne sont pas experts.

Dans l’entrepreneuriat, ce sont des entrepreneurs expérimentés, qui refusent de comprendre qu’un jeune plus résilient et adaptable peut les dépasser, en vivant avec son temps et en utilisant les bons outils pour toucher ses clients.

20 années d’expérience sans chercher à se renouveler, seront plus pauvres, que 5 ans de remise en question et d’exploration.

Ce qui nous amène à notre deuxième point :

❌ Les obstacles liés à la frustration

Lorsqu’une nouvelle voix émerge, d’autres la fustigent car elle aurait l’insolence de faire ce qui n’a jamais été fait par le passé. Cela montre toute la frustration des années passées à ne rien changer.

En Aikido, c’est la voix des nouvelles générations dont Aikido Millennials est porteur. Il est frustrant de voir ces jeunes inexpérimentés proposer un renouvellement de l’Aikido, de son message et de sa communication. Car l’Aikido existe également hors des tatamis grâce à ses ambassadeurs.

Dans l’entrepreneuriat, et notamment dans le coaching, ce sont ces professionnels certifiés ou ces consultants séniors frustrés, qui ont du mal à comprendre que l’on peut être crédible sans formation spécifique ou sans certification. Et pourtant, c’est possible. Quand l’entrepreneur a fait ses preuves et qu’il a obtenu la satisfaction de ses clients, il devient légitime.

Voici donc les raisons qui animent tes détracteurs, sur un tatami ou dans la vie professionnelle.

On est encore loin de l’harmonie (Ai) prônée par l’Aikido.

Pourquoi Aikido Millennials suscite autant de réactions ?


C’est la question que je me suis posée récemment. Je gère actuellement plusieurs blogs en parallèle, et Aikido Millennials fait partie de ceux qui suscite le plus d’engagement sur les réseaux sociaux, et notamment dans le groupe Aikido France.Je me suis donc demandé pourquoi et voici les 5 raisons que j’ai identifiées :

1/ Un positionnement original : le point de vue de la jeunesse

Peu de blogs adoptent un positionnement aussi franc à ma connaissance. On peut trouver celui de Aïki-kohaï  (par Pierre Fissier) qui s’est positionné en tant que débutant, ou celui de Léo Tamaki qui offre une réflexion très personnelle.
.
Pour ma part, j’ai choisi d’adopter un positionnement générationnel couplé à un regard de débutant (pour le moment). En résulte une candeur…parfois acerbe.

2/ Un ton spontané et sans filtre

Je ne mâche pas mes mots, comme vous le savez. Cela m’a coûté des déferlantes de critiques, surtout à mes débuts. Mais c’est sans regret. Car c’est bien connu, c’est quand on se sent visé que les réactions sont les plus virulentes 😉

3/ Un capacité à frapper là où ça fait mal

Au-delà de la forme, le fond ! L’aikido perd des licenciés depuis des années : interrogeons-nous ! Sur l’essence et le sens de notre discipline, sur la transmission des valeurs et de la pratique par l’enseignement, sur la communication au XXIème siècle.
Est-ce propre aux arts martiaux ? A l’heure où le Judo, le JJB et le Krav-Maga (ce n’est pas un art martial mais vous m’avait comprise) cartonnent, je ne crois pas.

4/ Une vision claire : moderniser et rendre visible l’aikido pour un jeune public

A-t-on une vision commune de l’aikido ? Ce n’est pas le cas.
Mais nous avons deux fédérations qui émiettent un message qui pourrait être diffusé avec plus d’impact si union il y avait. Nous avons une structure pyramidale nivelée qui rend l’évolution des parcours individuels plus difficile.

Dans ce cadre, une vision alternative et assumée peut susciter curiosité et adhésion (ou répulsion).

5/ Des publications régulières pour ancrer un message fort

Aikido Millennials est né il y a un peu plus d’un an.
Depuis sa création, j’ai publié et communiqué à fréquence régulière sur mes contenus, ce qui m’a permis de me faire une place au pays du budo …online.

Baignant dans l’univers de la communication digitale, je sais que c’est la régularité qui permet la visibilité, et également la notoriété d’un blog comme d’un business.

En novembre 2021, Aikido Millenials a touché plus de 22 000 personnes sur Facebook alors que la page a moins de 600 mentions J’aime !

Un début prometteur.

Merci à vous pour vos réactions et votre soutien.
Merci à mes enseignants qui me donnent des clés de progression
Merci à mes partenaires de pratique qui me donnent matière à réflexion

👉 Si vous souhaitez pratiquer l’aikido avec moi, je pratique actuellement à Pantin !

👉 Si vous souhaitez recevoir mes prochains contenus par mail, abonnez-vous à ma newsletter !

Partager

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *