J’ai commencé l’aïkido il y a maintenant presque 4 ans. Je reste encore une débutante, mais j’ai pris du recul sur les enseignements appris pendant mon parcours, mais également ceux que j’ai dû aller chercher moi-même. Ces enseignements peuvent paraître secondaires par rapport à la pratique, mais auraient pu renforcer ma connaissance et ma maîtrise de l’aïkido. Voici donc les 3 C à côté desquels passent les débutants.

1 – La culture de l’aïkido, aux abonnés absents

La culture de l’aïkido n’est pas enseignée dans les dojos. Bien sûr, l’objectif premier d’un club est de proposer de la pratique en cours, mais cette culture nous permettrait de mieux comprendre ce pourquoi on fait les choses : que ce soit aux armes ou à main nue. 

L’aïkido est aujourd’hui un art martial de dojo, mais non applicable dans une situation de combat réelle. Connaître la culture et l’histoire de l’aïkido permettrait de donner du sens aux techniques, et plus largement, de replacer l’aïkido dans un cadre temporel précis. 

  • Pourquoi le suwari waza (pratique à genoux) ? 
  • Pourquoi le hanmi handachi waza (un pratiquant à genoux et l’autre debout) ? 
  • Pourquoi une telle codification des pas au Ken jutsu (sabre) ? 

Toutes ces questions pourraient trouver leur réponse dans la maîtrise de la connaître et de la culture de l’aïkido. 

Par ailleurs, connaître la culture et l’histoire de l’aïkido permettrait de moderniser les techniques apprises aujourd’hui et proposer quelque chose de plus adapté à notre pratique contemporaine. 

  • Si beaucoup de techniques sont issues de la pratique du sabre, comment adapter l’aïkido à un monde ou le katana n’est plus qu’une pièce de musée ? 
  • Comment rendre l’art martial efficace tout en gardant des principes originels ? 

Concrètement, des stages et formations pourraient être proposés par les enseignants à leurs élèves pour leur permettre de s’imprégner de cette culture de l’aïkido et de redonner du sens à leur pratique. C’est ce que propose le Kuroba, l’un des clubs dans lequel je pratique. Sonder les élèves sur leur volonté d’approfondir leur culture d’aikidoka serait ainsi un bon moyen d’enclencher la dynamique. 

2 – Les codes, pour adopter une culture martiale dès les premières années

Crédit photo – Olympiades Aikido Club

L’aïkido est une discipline qui suit une hiérarchie très ancrée : de nombreuses règles implicites et non dits sont présents. Dans ce contexte, le jeune débutant peut se trouver confus.

Quand vient la pratique, il faut savoir que c’est le plus gradé des deux partenaires qui commence la technique (tori). De même, le dernier uke du sensei commencera la technique avec son prochain partenaire, peu importe son niveau. Et si les pratiquants se retrouvent en nombre impair, c’est à celui qui rentre sur le tatami de subir la technique (uke).

En fin de cours, c’est au moins gradé de se placer face à son partenaire pour le saluer. 

De manière générale, il est conseillé de ne pas corriger un partenaire du même niveau que soi ou inférieur car seul un pratiquant plus gradé (ou le sensei lui-même) peut amener des vrais pistes d’amélioration au débutant 

(Pour ma part, il m’arrive de “corriger” mon partenaire quand je constate un réel décalage entre ce qui est montré par le sensei et ce que mon partenaire fait, tout en prenant de grosses pincettes en réaffirmant que je ne suis pas prof, et bien sûr en étant receptive à toute critique également)

Il est également conseillé de ne pas trop parler sur les tatamis pour rester concentré et calquer notre pratique sur celle des japonais. 

(Mais je reste personnellement convaincue qu’une bonne pédagogie passe par la parole et non le silence. D’ailleurs les japonais reviennent sur leur pratique et viennent chercher de l’inspiration en France) 

Libre à vous d’adapter les codes en fonction de ce qui fait sens pour vous, de ce qui ne vous parle pas, et de votre capacité à challenger l’ordre établi 😉

3 – Les chutes souvent jugées comme secondaires, passées à la trappe

Lorsque l’on commence l’aïkido, on apprend au débutant des chutes de base (ukemi) : la chute arrière, sur un genoux, et la chute avant classique. Seulement, il existe d’autres chutes en aikido qui ne sont que très rarement apprises en cours.

C’est au pratiquant débutant de venir chercher des gradés pour apprendre à faire des chutes plus complexes. Ces chutes plus complexes permettent de gagner en confiance en soi, mais également en souplesse. Elles permettent également de donner une impression de maitrise chez l’aikidoka qui les réalise.

Mais de quelles chutes parle-t-on ?

  • La chute enlevée/claquée : chute spectaculaire qui a sûrement contribué dans votre inscription à l’aïkido 😉. C’est la chute des démonstrations d’aikido, et de celles de ceux qui ont levés quelques appréhensions sur la vitesse et le déséquilibre. Je ne conseillerais pas à un tout jeune débutant de se lancer dans la pratique des chutes enlevées, mais à partir du 2e kyu, il peut demander à son sensei de lui apprendre. D’ailleurs, je pense que cette initiative devrait venir des senseis pour pousser leurs élèves à lever les appréhensions liées au déséquilibre.
Chute claquée/enlevée

 

  • La chute arrière enroulée  : cette chute est rarement vue en cours, et permet à l’aikidoka de rebondir après une projection. Elle permet également de gagner en souplesse (mais peut faire tourner la tête au début). Cette chute n’est jamais officiellement enseignée mais permettrait de chuter sans heurter ses cervicales en roulant sur une diagonale ou la tête n’a pas de contact avec le sol.
Ushiro Ukemi

  • La chute “feuille morte”/tampon buvard : Cette chute se retrouve fort utile pour amortir notre décente dans des techniques comme “ikkyo”. Elle permet de chuter sur un espace réduit, notamment quand les tatamis sont bondés. Le poids du corps est ainsi porté sur l’avant avec un gainage qui permet de soutenir son corps et ne pas tomber d’un coup, telle une masse 😉
Chute feuille morte

Conclusion : 

Voici donc les 3 enseignements non appris aux débutants et qui pourraient leur apporter un bagage culturel solide de l’aïkido, une maîtrise du shisei (l’attitude et la posture) sur le tatamis, et une assurance et souplesse tant attendue chez les aikidokas. Mon conseil : contactez votre sensei pour lui parler de ces 3 enseignements et voyez comment les intégrer à votre pratique de manière progressive.

Gambate ! 

Partager

18 thoughts on “Aikido : ce qu’on n’apprend pas officiellement aux débutants (et qui pourrait leur simplifier la vie)”

  1. C’est toujours un peu pénible ces généralités qui sont faites sur l’enseignement et cette manie de toujours vouloir donner des leçons
    Vous prenez les enseignants pour des imbéciles? Et dans le prolongement les cadres fédéraux qui les forment
    A croire qu’ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, qu’ils n’ont pas la capacité voire l’intelligence pour s’interroger sur leur enseignement et expliquer à leurs élèves le pourquoi du comment.
    Qu’est-ce qui vous permet de dire que les chutes “sont souvent considérées comme secondaires” ?
    Qu’est-ce qui vous permet de dire que la culture nippone est aux abonnés absents et n’est pas abordée dans les clubs ? D’où tenez vous ces informations?
    D’où vous vient cette affirmation que l’aspect martial n’est nullement pris en compte?
    Indiquer de ne pas se mettre en seiza lorsque l’enseignant intervient au motif que vous ne respecter pas la hiérarchie montre bien qu’il va vous falloir encore beaucoup de temps avant de comprendre ce qu’est un art martial.
    Bon ! Je m’arrête là , vous enfoncez des portes ouvertes et c’est bien dommage, vous dites des banalités comme si le monde de l’aikido n’était pas conscient des réalités . De plus vos sources manquent de fiabilité.
    Allez pratiquez, transpirez, souffrez, c’est ce que vous avez de mieux à faire!

    1. Bonjour Jacques,

      C’est également très triste à lire une si grande condescendance à l’égard d’une débutante qui ose exprimer un avis sur ce qu’elle sait, ressent, expérimente au fil de ses quelques années de pratique.

      Evidemment qu’elle a des choses a apprendre. Sans aucun doute que son avis évoluera dans certains domaines au fil du temps ! Mais vu votre réponse si aigre à son feedback, peut etre avez vous également des choses à apprendre d’elle, à commencer par la bienveillance que nous sommes censés offrir à nos pratiquants (avec ou sans grade).

      Bien triste également de voir que vous passez à coté de ses interrogations sans lui répondre autrement que par un ton très agressif (qui d’ailleurs est censé être aux antipodes de nos principes communs).

      Peut être pourriez vous également voir de l’intérêt dans son besoin de fond au dela de la forme ? Et saisir derrière ce que vous prenez pour un manque de respect comme un besoin d’avoir un dialogue simplement égalitaire entre ceux qui se prétendent « sachant » et ceux qui, selon vous, n’ont rien d’autre a faire que de se taire et de pratiquer.

      Pour ma part, je remercie Yeza de donner son avis et d’oser proposer quelque chose à saisir ici.

      1. Je ne ferai pas mieux que Pierre.
        Et je m’appuie sur quelques exemples : peut-on dire que les livrets des débutants sont exempts d’erreurs ? Est-ce que les hauts gradés (généralisation totalement aberrante, de plus) se souviennent des présentations ridicules de la discipline dans des livres pourtant signés de très grands noms (Abe, Mochizuki, etc.), plus ou moins récents ? Etc. On peut continuer longtemps.
        Ne serait-ce que parce que le constat est cruel, mais réel : les aikidokas connaissent très mal leur discipline. Pas d’aïkido en compétition ? Mais pourtant si, chez le Shodokan, l’école de Tomiki sensei. Un aïkido unique ? L’histoire même de notre discipline prouve le contraire (Yoshinkan, 1955, avec approbation d’O sensei). On parle d’aspect martial ? Mais cet aspect est même totalement nié par certains enseignants, je l’ai assez entendu et même lu dans une pratique qui n’est pas aussi longue que certains, certes, mais quand même.
        Alors oui, un regard autre, neuf peut-être utile, ce sont souvent des méthodes mises en pratique ailleurs pour “attaquer” des problèmes, et parfois les résoudre. J’espère et je sais que de “hauts gradés” en sont convaincus, mais il n’est pas souhaitable, enfin, d’oublier que l’immense majorité des pratiquants ne sont pas des hauts gradés et que dans ces pratiquants, il y a sans doute des gens qui ont des regards pertinents sur notre discipline et son avenir.

    2. On m’avait prévenue que je me prendrais les foudres de certains gradés mais qu’importe. Je ne prétends pas tout savoir, je ne me cache d’ailleurs pas d’être débutante.En revanche, ce blog est mon espace de réflexion ou bienveillance et remarques constructives sont les bienvenues. Ce n’est pas le cas de la votre qui n’apporte rien si ce n’est de la condescendance. Ma réflexion évoluera certes avec le temps mais uniquement grâce à des questionnements comme je les propose publiquement aujourd’hui. J’ai crée ce blog car je voulais apporter un regard neuf sur l’aikido et lui redonner l’attractivité qu’il mérite. En lisant votre commentaire, je comprends d’où viennent les blocages qui l’empêchent d’évoluer avec son temps. C’est bien dommage, mais je continuerai toutefois à m’exprimer.

      1. 17 ans de pratique . A servis de Uke 50 millions de fois. Les chutes Je connais .. lollll …..ce que je reproche cest que des clubs se permettent de vouloirs faire comme au japon .. grosse erreur .. nous sommes français avec une éducation sportif française nous avons besoin de parler dans les tatamis.
        Certaines techniques ne sert à rien … doit être revue et corrigés.
        La ceinture noire 1 ères dan doit être fait dans le club et non par les fédérations qui ne nous connaissent pas et nous jugent en 20 minutes . Et pour certains à la tête du client .
        L’aïkido doit reprendre sa place dans les techniques de katana avec un katana et son saya.. tranchant ou pas . . Certaines techniques de chutes sont obsolètes.. .. . La ffab et ffaaa doit arrêter de vouloir s’entendre.. elles ne s’entendent pas et ne s’entendra jamais. .. chacune doit suivre sa voix..
        Les couleurs des hakama doit être libre … marre de nous imposer deux couleurs ..
        Jai tellement de choses à dire que je m’arrête là.. .

      2. J’ai 55 ans de pratique en Judo, 36 ans en Aïkido.
        Merci pour ton article.
        Je ne vais pas rentrer dans le détail. Merci de faire usage de la liberté d’expression, du libre arbitre.
        Ton ressenti est le reflet de ton vécu. Il ne sera pas le même dans d’autres clubs, en mieux ou en moins bien.
        Personnellement, je m’éloigne d’une forme d’enseignement où on enseigne avant tout à passer le grade suivant et pas l’art martial en lui même.
        Et sur ma ceinture, en harmonie avec la philosophie, il n’est plus brodé Aïkido, ni Judo, mais BUDO

      3. Bonjour,
        Je lis ton article aujourd’hui et donc ma réponse et quelque peu tardive 🙂
        Je suis un peu peu plus avancé que toi sur le chemin de l’aïkido mais comme toute personne j’ai encore à apprendre des plus gradés mais aussi des plus jeunes dans notre discipline.
        une ou deux réflexions me viennent après avoir lu quelques commentaires, notre chemin en aïkido, progression, compréhension dépend de deux facteurs, le premier est l’environnement ( la culture de ton professeur, son avancée technique, son envie de progresser, etc…). Quand on est débutant, on ne sait pas tout cela. On pousse la porte du dojo et vogue la galère… Pour te donner un exemple, dans un des mes dojos, il y a 2 clubs d’aïkido, en commençant j’ai poussé la porte de gauche et me suis retrouvé à la FFAAA, j’aurai poussé la porte de droite, je serai arrivé à la FFAB, cela aurait été une autre vision ,une autre approche pédagogique, technique, etc… J’ai appris depuis à connaître cet enseignant et suis certain que cela aurait été aussi extraordinaire. Il y a tellement de paramètres à envisager qu’il est à mon sens difficile de généraliser. pourtant ton interrogation est pleine de bons sens. Et il n’y a pas de honte à enfoncer des portes ouvertes car nous ne sommes pas dépositaire d’un “graal”, nous sommes juste plus ou moins avancé sur le chemin, ce qui peut donc paraître futile pour les uns sera vital pour la compréhension des autres. Éclaire un objet, et l’un le verra en pleine lumière tandis qu’un autre ne verra que la partie sombre.
        Le second facteur est intrinsèque, certains vont se contenter de consommer de la technique d’aïkido, cela leur convient très bien. D’autres ont envie d’en connaître plus. Et là ta démarche est intéressante. Peut être un peut trop catégorique est absolue , ce qui a pu entraîner des remarques désobligeantes. Mais c’est une vision d’un moment avec l’éclairage de quelques années de pratiques. Je tiens quand même à te rassurer, nombreux sont les enseignants qui intègrent les éléments dont tu as parlé. N’hésite pas à aller en stage, à poser des questions. en bref continue de chercher, nous en sommes tous là.

        1. merci pour ce retour David, je prends les conseils 😉 mais comme je le disais, ceci est un point de vue de débutante et il est purement subjectif 🙂

  2. Je trouve cet article intéressant car il exprime la vision d’une jeune pratiquante avec toutes les certitudes, les incertitudes et les incompréhensions qui accompagnent le début du cheminement sur la voie de l’aïki.
    Sans être en accord avec la totalité de son contenu, il me semble particulièrement mettre en lumière l’importance de bien choisir un Senseï capable de transmettre l’étiquette, l’esprit ainsi que la technique. Qui sera capable de guider ses élèves en leur proposant une pratique martiale “efficace” et éclairée, accompagnée d’un pédagogie adaptée et bienveillante , sans pour autant être destructrice à long terme pour leur corps ni donner dans le spectacle, la soumission idéologique, financière ou autres maux du siècle.
    Bref… Il existe bien un moyen de trouver les réponses aux questions soulevées ici, quel que soit son “niveau”, son grade ou son ancienneté.

  3. Concernant la culture, elle est aux abonnés absente simplement car dans la majorité des cas, elle est n’est pas connue. Aujourd’hui encore, beaucoup d’enseignants expliquent que le hakama sert à cacher les déplacements, certains même portent le hakama au ras du sol, ce qui peut être à mon sens dangereux (alors qu’il suffit de regarder comment le fondateur porte le sien…).

    Quand je débutai l’Aïkido, je demandai souvent pourquoi on fait telle technique, pourquoi on se déplace à genoux etc… Je n’ai jamais eu de réponses claire et évidemment, la réponse variait d’un enseignant à l’autre. 🙂

    “(J’ai pendant longtemps eu du mal à me cantonner à cette pratique, car je fais partie de ceux qui respectent les personnes et non la hiérarchie. Aujourd’hui, je ne me mets pas en seiza devant chaque sensei)” Alors de mon point de vue, il faudrait que vous, ainsi que tout le monde respecte l’étiquette, si chacun fais selon ses propres envies cela deviendra le bordel. Une bonne partie de l’étiquette (à la japonaise) n’est pas respectée, il faudrait au moins préserver le reste, cela fait partie pour moi de cet art martial. Il faut aussi respecter ce qui se fait au dojo où vous vous trouvez.
    Par exemple, dans le dojo où j’ai débuté l’Aïkido, on porte des ceintures de couleurs pour indiquer le niveau et bien quand j’allai dans un dojo où ils n’utilisaient pas ce système, ou même en stage, je mettais ma ceinture blanche. J’avoue cependant que je ne respectai pas toujours l’étiquette, et il m’arrive encore parfois de m’oublier… ^^

    “(Pour ma part, il m’arrive de corriger mon partenaire quand je constate un réel décalage entre ce qui est montré par le sensei et ce que mon partenaire fait, tout en prenant de grosses pincettes en réaffirmant que je ne suis pas prof)” Ca c’est un point délicat, il faut vraiment éviter de faire un cours dans le cours, une simple indication est largement suffisante.

    Concernant les chutes “spéciales”, je vais être franc, très peu de pratiquants (et même enseignants) savent les pratiquer, elle sont donc logiquement rarement expliquées. J’ai dû toutes les apprendre par moi-même. Ces chutes ne sont cependant pas fondamentale mais permettent d’ajouter plus d’intensité et d’intention à une technique. La feuille morte permet par exemple de mieux appliquer certaines techniques comme Hiji kime osae ou Yonkyo. Il y a encore la chute ushiro otoshi mais elle nécessite pas mal de “drills” avant d’être maîtrisée. 😉

    Sinon, me concernant, je pense qu’il y a une chose qui devrait être plus mis en avant : Le goût de l’effort. Ce que je reproche à l’Aïkido d’aujourd’hui, c’est l’impression que la condition physique n’est clairement pas assez mise en avant. Je pense qu’il faudrait inciter les élèves à travailler un minimum leur condition physique. C’est selon moi fondamental. En karate et judo c’est quelque chose de tout à fait normal alors qu’en Aïkido, j’ai presque l’impression que c’est un gros mot… ^^ J’ai souvent été très frustré en stage de travailler avec des personnes qui se retrouvent littéralement asphyxié quand le rythme augmente et au lieu d’essayer de pousser un peu plus… “Oula faut que je m’arrête… !”. Pour moi c’est problématique 🙂

    1. Merci pour vos retours constructifs Kévin ! Alors concernant l’étiquette, je ne dis pas qu’il faut manquer de respect à qui que ce soit, qu’on s’entende bien 😉 Bien sûr, qu’il faut saluer son partenaire, le sensei..mais au fond de moi, étiquette et respect sont dissociés. Je peux respecter l’étiquette sans pour autant respecter la personne et inversement…

      Concernant vos questionnements en tant qu’ancien débutant, nous partageons les mêmes…toujours sans réponse franche aujourd’hui.

      Pour les chutes, je sais qu’elles ne sont pas obligatoires mais elles font partie de la dimension spectaculaire de l’aikido et permettent de gagner en confiance pour certaines et en souplesse pour d’autres.

      Pour les conditions physiques, je suis totalement d’accord avec vous : comment peut-on parler de martialité lorsqu’on ne bouge pas d’un iota.L’aikido n’est pas considéré comme un sport, mais cela reste une activité physique. Et je suis aussi effarée en voyant les conditions physiques de certains pratiquants…;)

      1. Pas de soucis, je dois dire que ça fait du bien d’avoir un regard neuf sur l’Aïkido.

        Je vous avoue cependant que j’ai un peu de mal à comprendre ce que vous voulez dire par rapport à l’étiquette. Même si vous ne respectez pas une personne, il faut quand même faire en sorte de respecter l’étiquette, sinon, il ne faut plus aller à ses cours 😉 (Peut être qu’on se comprend mal, pas toujours évident d’exprimer quelque chose à l’écrit).

        En plus de la condition physique, la martialité est un autre problème selon moi. Sans rentrer dans la caricature, il faut plus mettre en avant cette facette de la discipline. En tant que jeune enseignant, j’essaye d’inculquer cette facette de l’Aïkido, et j’arrive à avoir de bons résultats. Les armes sont d’excellents outils pour ça, car elles obligent le pratiquant à rester sur le qui-vive. En passant à la pratique à main nue, j’insiste sur l’importance d’avoir exactement la même attitude qu’en bukiwaza.

        Hâte de lire les prochains articles.

  4. Chère Yeza,
    Voilà un sacré coup de Zori dans la fourmilière…! Evidemment qu’il y a un peu de provocation dans votre article, mais je trouve qu’elle ressemble drôlement à la “provocation” que Tori utilise pour inciter Uke à le frapper à un moment et un endroit précis pour prendre l’avantage ; pour être plus clair , bravo , ça a fait réagir et même la colère de Jacques Maigret avec tout ses points d’interrogations est à prendre en compte et prouve que vous avez touché un ou plusieurs points sensibles.
    Personnellement, j’ai remarqué que c’est en sortant de ma zone de confort que je progressais le mieux et là , c’est en lisant le passage sur l’historique que je me suis dit que je pouvais sûrement faire mieux ; j’ai pourtant la chance d’avoir un Senseï (non, non, pas “Maître”, juste et c’est déjà “plus avancé dans la Voie !) qui est féru d’Histoire et qui replace fréquemment notre pratique dans un contexte, nous en expliquant le pourquoi, les évolutions et les interprétations possibles, mais et c’est peut-être un grand MAIS qui pourrait expliquer en partie cette lacune, si certaines choses dans ce domaine sont avérées, beaucoup restent simplement “probables” …
    Du coup, oui on m’a dit que le Hakama cachait les déplacements et je l’ai répété, puis d’autres m’on dit que c’était symbolique (les cinq plis /cinq sens , le Yin/Yang noir/blanc, les cinq “vertues” : Bienveillance /Morale /Comportement/Connaissance /Confiance , etc…) et je l’ai répété aussi parce qu’à ce moment là, ça trouvait une résonance dans ma recherche et j’espère simplement qu’il y en a plein d’autres qui m’attendent .
    Tout cela pour dire que, à mon avis, l’écrin qui entoure ce joyau insaisissable et changeant qu’est l’Aïkido est de même nature ; il est donc probable que beaucoup d’entre nous manquent encore trop de connaissance, ce qui est mon cas, mais d’autres encore hésitent par prudence et humilité, il ne faut donc pas hésiter, dès qu’on s’en sent capable à poser pleins de questions aux enseignants qui, s’ils ne peuvent pas répondre sur le moment, feront comme moi et iront chercher l’information auprès de plus expérimentés.
    Pardon j’ai été trop long mais le sujet est passionnant ; une dernière chose cependant, dans notre club, nous n’appelons pas les nouveaux des “débutants”, nous les appelons de “explorateurs” car nous partons du principe que, certes en Aïkido ils débutent mais en y apportant chacun des connaissances qui nous dépassent largement dans d’autres domaines et qu’ils vont pouvoir mettre à profit dans leur “exploration” , il y a donc beaucoup à apprendre d’eux ; s’ils se réinscrivent l’année suivante, ils deviennent des “chercheurs”, comme tous les autres, enseignant compris.
    En tout cas, merci de nous questionner et pardon si mes propos aient pu en choquer certains, ce n’est pas le but.
    Amicalement
    J.L.C

    1. Merci pour votre message Jean-Louis ! Oui l’exploration fait partie du processus d’apprentissage, et lorsqu’on se heurte à une résistante, mieux vaut contourner le rocher et continuer à avancer grâce aux sampais qui nous ouvrent la voie. C’est pourquoi la bienveillance est essentielle pour réaliser un parcours sans trop d’embuches. Elle fait également partie des principes évoqués par les 7 plis du hakama (Jin, le premier pli : la bienveillance et la générosité) 🙂

  5. Bonjour Yéza,
    Merci pour cet article qui à l’honnêteté montrer du doigt les questions que se posent souvent les débutants.
    Je trouve tes trois points parfaitement pertinents, malheureusement, ils ne sont pas abordés soit parce que pas/mal maîtrisé par l’enseignant, soit par ce que l’enseignant ne veut pas rendre trop “sectaire” la pratique de l’Aïkido (de ce que j’ai pu constater des nombreux clubs que j’ai visité).

    En tout cas, merci pour travaillé et ton ouverture d’esprit, ça fait du bien à notre pratique et à notre égo 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *